COUILLARD ENFIN UN CHEF D’ÉTAT

DIPLOMATIE INTERNATIONALE ET SOCIÉTÉ par Dan Albertini

Entre (). Québec, si le suicide recule, le suicide assisté a-t-il crû ? Fermons les ().

Il a fallu une série de drames puis un drame de trop qui pèse si lourd que du plomb sur le dos du Québec. Le pm se comporte enfin en chef d’état, depuis RL. Gestion du discours, d’actes visibles encadrés d’une phrase arabe, neutraliser la critique. Critique politique, non pas le silence de l’autre Islam de la « loi du talion ». Besoin de diplomatie urgente dont le Québec ni le Canada ne possèdent d’expertise. Cela prend un expert pour négocier dans l’ombre où les ombres se déplacent plus vite que les ondes, exprimé dans l’article le Québec qui prie par la France qui pleure. Chef d’état oui mais chef d’État non, il faut neutraliser à ce titre : CoderreLabeaume, ligue de la charte, etc. Discours plus qu’incommode, sulfureux, la présence du maire principal accusateur accusé dans l’affaire de l’imam Chaoui est une erreur. Le maire dans son comportement, affaire de boîtes de Poste Canada, est l’exemple éloquent. Le cas ne concerne ici la copie de l’étranger. Comprendre en outre la lecture intérimaire du défunt président français François Mitterrand sait aider quand la raison d’état est un impératif même si Couillard a su étonner, se révélant en chef d’état. Mais il faut plus.

Impératif. La réponse se formule en interrogation. La gestion de la crise durant la nuit fatale dimanche-au-lundi, démontre-t-elle un spectre tendancieux au point de paraître en amicale-connivence, côté porte-parole de l’autorité policière ? En bref, prenez garde sur les réseaux sociaux, la police surveille le langage. Cela ne constitue-t-il pas en soi une forme de rétention, attendez la fin de la crise ? Chef de l’état il a prié. Chef d’État Couillard doit agir vite, prier la police de ne plus en ce genre, commettre d’erreurs coulées dans les médias. Deux suspects dont un Arabe. Une fois de plus, erreur inadmissible, grave, qui parle de volonté. Un règne au niveau de la radio de la SRC aussi si l’on se doive de considérer l’action rotative, qui la rejette sur les U.S.

Philippe Couillard pm comme un bypass canadien avant tout, sorte de prothèse diplomatique récupérée par Justin Trudeau. Québec ne doit par contre se commettre dans la considération diplomatique, nous sommes ici à hauteur des Conventions jumelles de Vienne, consulaire/diplomatique. Le lexique compte comme le dit le pm, le mot « aide » n’a sa place en considérant les fonctions consulaires in article-3.g « Sauvegarder les intérêts des ressortissants, personnes physiques et morales, de l’Etat d’envoi, dans les successions sur le territoire de l’Etat de résidence conformément aux lois et règlements de l’Etat de résidence » ; et, l’article-41.2 sur les relations diplomatiques « …les affaires officielles traitées avec l’État accréditaire, confiées à la mission par l’État accréditant, doivent être traitées avec le Ministère des affaires étrangères de l’État accréditaire… ».

Les ressortissants ici-concernés sont appelés par ces chapitres élevés au régime américain des attentats de Lockerbie pour lesquels la Lybie a dû dédommager chaque famille en considérant les États concernés. Cela a probablement offert un espace de dialogue à Kadhafi par la suite. Le Canada, (Québec, Ville de Québec) y sont obligés à ce titre sinon, la plaie restera béante, impensable. Les discours d’émotions orientées ne sont solvables en matière de perte de vie humaines et de victimes d’actes criminels. Il y va de la réputation de l’État. C’est à cela que l’on reconnaîtra l’option Couillard.

dan@danalbertini.co

print